[TEST] : Knack sur PS4

J’ai reçu le jeu il y a un moment déjà mais comme c’est le parcours du combattant pour trouver une PS4, je ne le publie qu’aujourd’hui. J’ai enfin pu tester la PS4 chez un copain et j’en ai profité pour amener les jeux que j’ai reçus de Playstation France : Killzone Shadow Fall et Knack.

Au programme de ce billet, le test de Knack et mes premières impressions sur la dernière machine de Sony.

 

knack

 

Tout d’abord, je ne serai peut-être pas aussi précis que d’habitude sur ce test, car je n’ai pu autant jouer au jeu que lors de mes tests précédents. Je dois avouer avoir été un peu déçu au premier écran, la claque visuelle que j’attendais tant n’étant pas là. Je vous entends déjà grogner derrière vos écrans (si vous grognez fort) et me dire que c’est normal, c’est les premiers jeux et les développeurs ne maîtrisent pas encore la bête… Je vous rejoins sur ce point, mais je trouve dommage, que pour un jeu de lancement, un effort n’ai pas été fait pour justement en mettre plein les yeux. C’est plus Sony que je vise la (je me souviens encore de Tekken Tag sortie en même temps que la PS2  en Europe qui envoyait du bois). Après, le jeu n’est pas moche, mais on arrive juste au niveau de la PS3 pour moi.

k1

Bref, revenons à nos moutons, ou plutôt à notre golem car c’est bien de golem qu’il s’agit. Knack est un petit Golem qui vit donc dans un monde dans lequel Humain & Gobelins s’affrontent. Mais notre petit Golem dispose d’un pouvoir lui permettant d’absorber l’énergie d’artefacts et ainsi acquérir de nouvelles capacités en grandissant. Au fur et à mesure des niveaux, Knack devient de plus en plus destructeur et avec la puissance de la PS4, on s’attendait à pouvoir tout casser.

k2

Il n’en est rien et c’est là que le jeu pêche. En effet, Knack est très linéaire : on ne récupère des pouvoirs qu’au fur et à mesure du niveau et les interactions sont super limitées ( à part faire fondre de la glace et attirer 2-3 objets en métal, ça s’arrête là). De plus, les niveaux s’enchaînent sans réelle nouveauté avec des énigmes très simples vu la limitation des interactions : on parcourt le niveau détruisant les ennemis, qui, pour ce que j’ai vu, ne sont pas variés, et on avance au niveau suivant.

k3

Pour compenser cette linéarité, le jeu dispose par contre d’une difficulté quasi-impossible à certains moments, ce qui apporte juste une nouvelle frustration…

Voici donc le bilan :

  • Concept d’acquisition des pouvoirs

  • Difficulté impossible parfois
  • Trop linéaire
  • Répétitivité
  • Concept de pouvoirs mal exploité

Ma note finale est donc de 9/20.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.